Les Amis de la Forêt ont adressé le 26 juin 2014 un courrier à M. Delport, constatant des différences importantes de gestion entre nos deux massifs. Les différences en termes de qualité des sols et de réserve hydrique nécessiteraient une sylviculture adaptée à chaque massif.

Alors que Marly apparaît bien suivi, Saint Germain semble faire l'objet d'une moindre attention, notamment au niveau des retards de dépressage (opération consistant à éclaircir un peuplement jeune et dense) et d'éclaircies (coupes permettant le développement des plus beaux arbres), alors que la qualité et la réserve hydrique moins importante des sols nécessiteraient sans doute une gestion plus dynamique.

L'association a interrogé M. Delport sur les opportunités économiques et d'emploi que pourraient représenter la valorisation de ces éclaircies, en lien avec l'utilisation du bois-énergie pour la ville de Saint Germain (exemple de la future chaufferie).

Enfin, l'association a rappelé ses inquiétudes vis à vis de la fragmentation des forêts par les infrastructures et les moyens de relayer ces préoccupations auprès des responsables politiques. 

M. Delport, dans sa réponse, a insisté plus particulièrement sur l'état sanitaire des grands chênes du massif de Saint Germain, dont un modificatif du plan d'aménagement devrait voir le jour pour tenir compte de cette situation préoccupante.