Suite à une interview de  Mary-Claude Boutin, Maire adjoint en charge du Développement durable, publiée dans  le Journal de Saint Germain N° 734 à propos des Conclusions de l’enquête publique sur le classement en forêt de protection de la forêt de Saint-Germain,  nous lui avons écrit une lettre pour rectifier les propos tenus, qui attribuaient aux efforts  de la  Mairie de Saint Germain-en-Laye depuis 2006, le succès de l’obtention de ce statut de protection.

« En fait, l’EPESG a fait une première demande de statut de forêt de protection en janvier 2001.Quant aux Amis de la forêt de Saint Germain et de Marly, ils ont formulé la demande officielle par lettre adressée au Sous-Préfet de l’époque le 30 avril 2003, signée par M. Jacques Plateau alors président des Amis de la Forêt de Saint -Germain et de Marly.

Puis la procédure en vue de l’octroi du statut à la forêt de Saint-Germain a été ouverte avec la tenue le 10 décembre 2007 de la première réunion du Comité de Pilotage. En Mai 2009 le Sous-Préfet a fait savoir au Comité de Pilotage que la procédure était suspendue en attendant de déterminer quelles infrastructures étaient prévues. Dès lors nous sommes intervenus pour obtenir la relance de la procédure. Ainsi en particulier Monsieur Alain Gournac, Sénateur des Yvelines, Maire du Pecq a relayé nos inquiétudes sur ce dossier par un courrier du 27/07/2010 auprès de Monsieur Philippe Court. Ce dernier lui a répondu par une lettre datée du 7 septembre 2010 dont Monsieur Gournac nous a envoyé une copie. Nous avons eu la confirmation que ce projet de classement était bloqué car « étroitement lié à des projets d’infrastructures routières et ferroviaires » comme cela était écrit dans cette lettre. Ce blocage était fait pour permettre la réalisation entre autres de « l’appendice » du tram train13 entre gare de RERA et gare de Grande ceinture ».

Malheureusement, cet appendice est en train de se réaliser avec tous les inconvénients suivants :

  • La destruction de près de 5 hectares de forêt pour l'ensemble du tracé de la "Virgule" alors que l’enquête publique ne prévoyait que 2,5 hectares et donc discutable sur le plan de la légalité ;
  • Un projet très couteux (une évaluation lors d’une réunion avec Ile de France Mobilités a évoqué 70 millions au prix de 2011) dont la priorité n’est pas démontrée en termes de mobilités et un manque de chiffrage de fréquentation ;
  • Cette réalisation retarde la liaison directe avec Versailles d’un côté et Cergy de l’autre ce qui aurait permis de réduire le trafic sur la rue Priolet et entraine la diminution de la fréquence des rames de 50% vers Achères.

 

Comme il m’a été dit par un proche de l’ancien maire : « C’est signé et nous avons l’argent » !  Pascal Canfin, Président du WWF disait récemment que c’était toute la machine politico-administrative qu’il faut faire bouger. En attendant « nous espérons que la Municipalité de Saint Germain fera tout pour que le périmètre sous statut de forêt de protection de la forêt de Saint-Germain soit étendu avec la récupération des terrains du SIAPP pour une superficie de 128 hectares le plus rapidement possible en obtenant  une dépollution payée par le pollueur ».

Nous demandons à chacun d'entre vous de nous soutenir dans cette initiative et de la réclamer à la municipalité.